En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépot de cookie d'analyse du trafic nous permettant d'améliorer nos services à l'aide des statistiques de consultation.

La COMUE Languedoc-Roussillon Universités est un outil visant à la structuration representative des forces scientifiques du site. La politique de site a vocation à favoriser les échanges scientifiques et pédagogiques interdisciplinaires. Pour ce faire, elle s’appuie sur des pôles scientifiques organisés en champs disciplinaires proches et représentant les différentes communautés du site. Ces pôles visent à accroître les échanges au-delà des structures institutionnelles. Il peut s’agir par exemple de jouer un rôle de catalyseur afin de favoriser des réponses communes aux appels à projets régionaux, nationaux ou internationaux, d’animer des actions conjointes, de favoriser les échanges scientifiques, de soutenir une politique de ressources documentaires communes, ou encore d’organiser des échanges entre science et société, etc.

Ces pôles réunissent les communautés issues de plusieurs laboratoires ou équipes. Leurs contours sont en cohérence avec ceux des écoles doctorales. Ils jouent ou joueront un rôle d’animation, de communication et de coordination avec les établissements par la déclinaison locale des politiques nationales. Ils sont force de proposition pour élaborer les stratégies thématiques en matière de recherche et de formation. Ces pôles seront également amenés à proposer la mutualisation des plateaux techniques et des ressources documentaires et numériques sur des problématiques pluri et interdisciplinaires. Ils favoriseront des réponses coordonnées aux différents appels à projets et aux activités de valorisation en lien avec les structures de valorisation existantes, en particulier la SATT AxLR et le CVT Sud. Les pôles joueront également un rôle, à l’échelle du site, de promotion des compétences de leur communauté et d’organisation d’événements collectifs.

La COMUE Languedoc-Roussillon va poursuivre la structuration des différentes communautés scientifiques:

Des pôles thématiques ont été mis en place au sein du PRES Sud de France (aujourd'hui Languedoc-Roussillon Universités) : le pôle Chimie Balard et le pôle Biologie-Santé Rabelais. Ils jouent un rôle moteur dans la définition de la stratégie commune pour ces disciplines, en matière de politique immobilière et scientifique.

Parallèlement, une grande partie des communautés relevant des thématiques Agriculture, Alimentation, Biodiversité, Ecologie, s’était déjà rassemblée à travers Agropolis International. À partir de cette structure se met en place le futur pôle de site Agro-Environnement-Biodiversité qui fédèrera l’ensemble des communautés.

De nouveaux pôles sont en cours de constitution et de structuration (MIPS Pitot, LLCC Molière, TTS Riquet). Le site pourra aussi s’appuyer sur une Maison des Sciences de l’Homme (MSH) partagée par tous les acteurs au sein de la COMUE-LRU, chargée non seulement de dynamiser les recherches en SHS, mais également d’ouvrir de nouveaux champs aux frontières entre les SHS et les autres sciences.

Axes scientifiques d'excellence

L’objectif de la politique scientifique de site vise à mettre en synergie les compétences et les objectifs partagés autour des questions répondant aux grands enjeux sociétaux pour lesquels le Languedoc-Roussillon dispose d’avantages comparatifs (importance des communautés scientifiques, équipements particuliers, notoriété et visibilité internationale, dynamique de clusters, etc.). La structuration autour de ces grands enjeux permettra ainsi au site de se positionner au meilleur niveau dans un environnement compétitif à l’échelle nationale et internationale et de répondre aux préoccupations légitimes du territoire.

Pour ce faire, la politique de site se donne pour objectif de développer des axes transversaux répondant aux grands enjeux sociétaux et en faire émerger de nouveaux pour faire de notre site régional un acteur majeur dans le paysage scientifique international.

Aujourd’hui, 8 axes scientifiques transversaux ont été identifiés et guident les initiatives :

1° Le territoire de la connaissance
2° Le numérique
3° Les énergies renouvelables, fossiles et nucléaires
4° La sécurité alimentaire
5° La Santé, le bien-être, le vieillissement
6° L’Humain, les Humanismes et les humanités numériques
7° Les risques
8° L’eau en tant que ressources

Ces axes prioritaires de la recherche en région se structurent autour de grands pôles thématiques (agronomie-biodiversité-environnement, chimie «pôle Balard», biologie-santé «pôle Rabelais»). De nouveaux pôles sont en cours ou en projet de constitution (mathématiques-informatique-physique-systèmes-structures «pôle MIPS ou Pitot», langues-littératures-cultures-civilisations «pôle LLCC ou Molière», temps-territoires-sociétés-développement «pôle TTS ou Riquet» et un pôle droit économie gestion sciences politiques).

Pôles thématiques

La structuration de la recherche en Languedoc-Roussillon en pôles thématiques représentant les différentes communautés est un objectif affiché du projet de site, porté par la COMUE Languedoc-Roussillon Universités. Trois projets de pôle sont bien avancés, la construction des 4 autres projets, dont 3 relèvent des SHS, est en train de se concrétisée. Poursuivre la structuration des différentes communautés scientifiques est l'une des missions de la COMUE Languedoc-Roussillon Universités.

Ces pôles réunissent les communautés issues de plusieurs laboratoires ou équipes. Leurs contours sont en cohérence avec ceux des écoles doctorales. Ils jouent ou joueront un rôle d’animation, de communication et de coordination avec les établissements par la déclinaison locale des politiques nationales. Ils sont force de proposition pour élaborer les stratégies thématiques en matière de recherche et de formation. Ces pôles seront également amenés à proposer la mutualisation des plateaux techniques et des ressources documentaires et numériques sur des problématiques pluri et interdisciplinaires. Ils favoriseront des réponses coordonnées aux différents appels à projets et aux activités de valorisation en lien avec les structures de valorisation existantes, en particulier la SATT AxLR et le CVT Sud. Les pôles joueront également un rôle, à l’échelle du site, de promotion des compétences de leur communauté et d’organisation d’événements collectifs.


Le Pôle Agronomie - Biodiversité - Environnement:
Les forces du site en matière d’agronomie et d’environnement-écologie se sont fédérées autour de l’association Agropolis International. Le pôle agro-environnement est constitué de près de 80 unités de recherche regroupant 2 700 cadres scientifiques, soit près 43% des effectifs chercheurs de la recherche publique de la région ainsi que sur 800 doctorants. L’Inra, le Cirad et Montpellier SupAgro en sont ses principaux acteurs et sont les fondateurs avec l’IRD, du LabEx Agronomie et développement durable, porté par la fondation de coopération scientifique «Agropolis Fondation». Le CNRS est également très présent dans le secteur de la biodiversité, à travers des unités mixtes notamment, impliquant l’université de Montpellier, l’IRD et l’IFREMER, un LabEx portant sur la biodiversité (CEMEB) et l'Equipex GEOSUD.

Au sein d’une région se caractérisant par une forte spécialisation en Biologie appliquée-écologie, ce pôle représente une concentration de premier rang mondial en recherche agronomique. Il intervient plus largement dans les domaines liés à l’agriculture, à l’alimentation, à la biodiversité, à l’environnement et aux sociétés rurales. La notoriété du pôle scientifique a valu à Montpellier d’obtenir le siège d’une organisation internationale en agriculture pour le développement : le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR). Le CGIAR doit être l’occasion d’ouvrir des partenariats internationaux avec 15 centres et 8 500 chercheurs répartis dans le monde entier. Pour ce pôle, il est important d'engager un véritable partenariat avec le privé, notamment les industries agro-alimentaires, traditionnellement peu sensibilisées aux problèmes de R&D. Le pôle de compétitivité Q@LIMEDiterranée devrait permettre d’y répondre. Par ailleurs, le pôle Agro-biodiversité-environnement peut s’appuyer sur d’autres structures reconnues dans les domaines de l’environnement.


Le Pôle d'Étude des Milieux Méditerranéens :
L’observatoire des sciences de l’univers « Observatoire de recherche méditerranéen de l’environnement » (Osu-Oreme), créé en 2009 comme composante de l’Université de Montpellier, fédère 6 unités mixtes de recherche ayant pour objectif de travailler ensemble à la collecte et au partage de données environnementales issues de disciplines différentes pour comprendre les mécanismes (aléa, vulnérabilité) des milieux méditerranéens. Cet observatoire assure l’interface entre sciences de l’environnement physique et sciences biologiques (écologie, biodiversité), avec un rôle croissant dans la gestion des équipements ou chantiers collectifs (comme par exemple la station marine de Sète).


Le Pôle des Sciences de la Mer :
La région Languedoc-Roussillon compte la présence d’une infrastructure reconnue au niveau européen en termes de stations marines, l’observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer, (appelé également laboratoire Arago, observatoire des sciences de l’univers, OSU, et composante de l’UPMC). La station a pour objet de recherches l’étude de la biodiversité sous ses différents aspects allant du gène à l’écosystème et prenant en compte les effets des perturbations environnementales sur les différents niveaux d’organisation du monde vivant. L’observatoire abrite quatre unités associées UPMC/CNRS et une unité associée UPMC/IRD dans lesquelles les laboratoires de l’université de Perpignan sont partenaires dans le cadre d’une convention bilatérale.

Par ailleurs, sur Montpellier et Sète, plusieurs unités de recherche consacrent tout ou partie de leur activité à l’étude de la biologie et de l’écologie des organismes et écosystèmes marins. La station méditerranéenne de l’environnement de Sète, station marine de l’université de Montpellier, héberge certaines de ces activités.


Le Pôle Biologie-Santé :
Le pôle Biologie-Santé (pôle « Rabelais ») créé en 2012, a permis de fédérer les forces de la région dans le domaine. Il est conventionné avec l’université de Montpellier, l’université de Nîmes, les CHU de Montpellier et Nîmes et l’Institut régional du cancer Montpellier. La création du pôle Rabelais a pour objectif de proposer un projet ambitieux de développement de la recherche, de la formation et de la valorisation autour de la biologie-santé en région. Par ailleurs, ce pôle est très lié au Cancéropôle GSO, aux TIC, aux industries du diagnostic très présentes en région (cluster Euromediag du pôle Eurobiomed). En 2012, l’Institut national du cancer (INCa) a labellisé six nouveaux sites de recherche intégrée sur le cancer (SIRIC) dont le site de Montpellier, portant leur nombre total en France à huit. Les équipes travaillent également sur la génomique (IGH, IGF), sur les maladies neurodégénératives (INM, MMDN) et sur les biothérapies (IRB). La COMUE Languedoc-Roussillon est porteur juridique et financier du Pôle BioSanté Rabelais, pôle qui regroupe 37 unités de recherche, 1200 cadres scientifiques, 410 doctorants et le Labex EpiGenMed.


Le Pôle Chimie :
Depuis 2007, le « Pôle Balard » regroupe les différentes forces du site dans le domaine de la chimie : l’Université de Montpellier, l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Montpellier, le CNRS et le CEA de Marcoule ainsi que leurs quatre instituts chargés de recherche en Chimie, l’institut Charles Gerhardt (ICG), l’institut des biomolécules Max Mousseron (IBMM), l’institut européen des membranes (IEM), l’institut de chimie séparative de Marcoule (ICSM). En 2009, ces instituts se sont structurés en institut fédératif labellisé par le CNRS.

Le Conseil Régional du Languedoc-Roussillon a souhaité soutenir le Pôle chimie Balard, en particulier en finançant en partie par l’enveloppe dédiée à l’Opération Campus, le projet immobilier Balard, qui regroupera sur un même campus la formation, la recherche et l’innovation en chimie et offrira un cadre unique sur le plan national particulièrement attractif pour les étudiants, les chercheurs et les industriels. Le pôle est financé par la Fondation Universitaire Balard, créée en 2010 et rattachée à la COMUE, qui l’accompagne dans sa politique de développement et de coopération avec le tissu socio-économique dans le domaine de la Chimie pour un développement durable.


De nouveaux pôles en cours de structuration
:

Le Pôle MIPS :
Le pôle Mathématiques, Informatique, Physique, Systèmes, Structures (MIPS ou « pôle Pitot ») est un pôle dynamique avec une forte croissance depuis quelques années, en particulier grâce à une attractivité pour les chercheurs du CNRS ou de l’INRIA accueillis dans des UMR UMontpellier/CNRS. Ce pôle est caractérisé à la fois par une excellence reconnue en recherche (LabEx Solstice et Numev, deux EquipEx Extra et Socrate et l'Idefi MiroEuPm, une initiative nationale en Bio-informatique (IBC) directement portés par le site ; des participations à plusieurs autres projets de dimension nationale et un dynamisme remarquable en ce qui concerne le soutien aux créations d’entreprises innovantes, en relation avec les incubateurs.

En plus de ces actions au cœur des disciplines des sciences dures, ce pôle a su se mettre au diapason de la science régionale en s’orientant de manière volontariste vers les secteurs du vivant et de l’environnement. Ce pôle regroupe d’ores et déjà des forces au-delà de la seule ville de Montpellier, avec en particulier la prise en compte des enseignants-chercheurs en informatique de l’UPVD, et il se destine à une couverture régionale complète. Le Pôle Pitot ce sont 8 unités de recherche, 800 cadres scientifiques, 450 doctorants.

3 nouveaux pôles en projet de constitution dans le domaine des SHS :

Un pôle Droit Économie Gestion Sciences Politiques Gestion constitué de 14 unités de recherche, 410 cadres scientifiques, 600 doctorants le Labex Entreprendre et l'Idefi MiroEuPm.

Un pôle Langues Littératures Cultures Civilisations (ou pôle LLCC Molière) constitué de 11 unités de recherche, 560 cadres scientifiques, 480 doctorants et d2 Idefi UM3D et MiroEuPm.

Un pôle Temps Territoires Sociétés Développement (ou pôle TTS Riquet) constitué de 8 unités de recherche, 440 cadres scientifiques, 250 doctorants, le Labex ArcHiMeDe et les Idefi UM3D et MiroEUPm.

Ces pôles pourront s’appuyer sur une Maison des Sciences de l’Homme (MSH) partagée par tous les acteurs au sein de la COMUE, chargée non seulement de dynamiser les recherches en SHS, mais également d’ouvrir de nouveaux champs aux frontières entre les SHS et les autres sciences. Plus spécifiquement, ces pôles réuniront les communautés scientifiques en recherche archéologique et préhistorique qui bénéficient déjà d’une grande notoriété internationale. Une unité de recherche en égyptologie a abouti à la création d’une fondation pour la promotion d’un hiérolexique unique. Dans le cadre du Chantier-Ecole internationale d’archéologie, un partenariat fécond avec Barcelone et au-delà avec toute la péninsule ibérique a su s’établir. Il est à signaler également le Centre européen de recherches préhistoriques de Tautavel qui dépend de l’Université de Perpignan en partenariat avec le Museum national d’histoire naturelle et le CNRS.

Pôles de compétitivité

Un pôle de compétitivité est le regroupement, reconnu par l'État, sur un même territoire, d'entreprises, d'établissements d'enseignement supérieur et d'organismes de recherche publics ou privés qui ont vocation à travailler en synergie autour d’une thématique commune. Au niveau national et régional, l’Etat et les régions accompagnent le développement des pôles notamment en accordant des aides financières via les appels à projets du fonds unique interministériel et du PIA et des prêts aux PME ou ETI membres des pôles.

Les établissements du Languedoc-Roussillon sont impliqués dans 9  pôles de compétitivité, dont 2  à vocation mondiale et interrégionaux (maladies orphelines et pathologies émergentes, agronomie, énergies renouvelables, procédés propres et sobres pour l’industrie, risques et de la vulnérabilité des territoires, eau, photonique et optique, développement durable de l’économie maritime et littoral) favorisant les rapprochements académiques et économiques.


Pôle de Compétitivité LR "Eurobiomed" :
Spécialité : maladies orphelines et pathologies émergentes
Pôle interrégional:  PACA, Languedoc-Roussillon, Ile de France
Domaine : Biotechnologies-Santé
EuroBiomedEurobiomed est le pôle de compétitivité de la filière santé regroupant les régions Provence Alpes Côte d'Azur et Languedoc-Roussillon. Crée le 1er janvier 2009, Eurobiomed regroupe en une seule structure le pôle de compétitivité ORPHEME et les clusters Holobiosud et Bioméditerranée. Il a pour objectif de mettre en synergie les acteurs économiques et scientifiques du secteur de la santé sur la façade méditerranéenne à travers des projets collaboratifs. Le pôle comporte deux thématiques principales : les pathologies émergentes et les maladies orphelines. 34,9 % des salariés des établissements membres du pôle travaillent dans le secteur « R&D en autres sciences physiques et naturelles».
www.eurobiomed.org


Pôle de Compétitivité LR "Qualiméditerrannée" :
Spécialité : agronomie
Pôle interrégional : Languedoc-Roussillon, Ile de France, PACA
Domaine : Agriculture-Agroalimentaire
Ce pôle vise à faire émerger des projets de Recherche et Développement collaboratifs portant sur « les systèmes agroalimentaires durables et la qualité de vie en Méditerranée ». www.qualimediterranee.fr


Pôle de Compétitivité LR "Trimatec" :
Spécialité : procédés propres et sobres pour l’industrie
Pôle interrégional : Languedoc-Roussillon, Ile de France, PACA
Domaine : Énergie-Ingénierie-Services
Trimatec: Tricastin Marcoule technologies. Ce pôle appuie les projets des entreprises et des laboratoires des trois régions Languedoc-Roussillon, PACA et Rhône-Alpes pour favoriser le développement des technologies propres et innovantes issues de la filière nucléaire. L’objectif est de se développer dans la région.
www.pole-trimatec.fr


Pôle de Compétitivité LR "DERBI" :
Spécialité : énergies renouvelables
Pôle interrégional : Languedoc-Roussillon, Ile de France, Midi-Pyrénées
Domaine : Énergie
DerBi : Développement des énergies renouvelables bâtiment-industrie. Il a pour mission de développer, au niveau régional, national et international, l’innovation, la recherche, la formation, le transfert de technologie, le développement et la création d’entreprises dans le domaine des énergies renouvelables appliquées au bâtiment et à l’industrie. Le pôle est basé à Perpignan. 27 % des salariés des établissements membres du pôle travaillent dans le secteur « Fabrication d’ordinateurs et d’équipements périphériques ». En juin 2013, l'État a validé l'extension du pôle basé en Languedoc-Roussillon (Perpignan) à la région Midi-Pyrénées. Une antenne du pôle de compétitivité Derbi est implantée à Labège (près de Toulouse depuis janvier 2014).
www.pole-derbi.com


Pôle de Compétitivité LR "Pôle Risques" :
Spécialité : risques et vulnérabilité des territoires
Pôle interrégional : PACA, Languedoc-Roussillon, Ile de France
Domaine : Ingénierie - Service
Porté principalement par la région PACA, ce pôle est implanté à Aix-en-Provence et à Montpellier. Il a pour vocation de fédérer les énergies et compétences des acteurs pour innover et offrir des solutions concrètes dans la gestion de tous les risques (naturels, technologiques, industriels…). 29,1 % des salariés des établissements membres du pôle travaillent dans le secteur « Fabrication d’équipements de communication».
www.pole-risques.com


Pôle de Compétitivité LR "Pôle Eau" :
Spécialité : réutilisation des eaux, recyclages des eaux usées, gestion concertée des ressources en eau et des usages
Pôle interrégional (à vocation mondiale) : PACA, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon
Domaine : Écotechnologie - Environnement
Il a été labellisé en 2010. Le pôle s’appuie sur un fort potentiel de recherche, notamment au sein de l’IFR - ILEE (Institut Languedocien de l’Eau et de l’Environnement), de nombreuses PME/PMI et sur la présence des trois leaders français (Veolia eau, Suez-Lyonnaise des eaux, SAUR). Il conforte les problématiques des autres pôles de compétitivité axées sur le bassin méditerranéen, notamment Risques, Mer (en Paca) et DERBI. Il est chargé d’assurer la coordination avec les deux autres pôles « gestion des eaux continentales » de Lorraine et Alsace et « DREAM, eau et milieux » de la région Centre. 66,3 % des salariés des établissements membres du pôle travaillent dans le secteur « Conseil en systèmes et logiciels informatiques ».
www.pole-eau.com


Pôle "Terralia" (anciennement PEIFL) - Pôle européen d’innovation fruits et légumes :
Spécialité : émergence de projets collaboratifs innovants pour permettre un développement économique durable
Pôle interrégional : PACA, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon
Domaine : Agriculture-Agroalimentaire
Le pôle Terralia (anciennement PEIFL) développe son activité en PACA, Languedoc Roussillon et Rhône-Alpes et souhaite favoriser l’émergence de projets collaboratifs innovants pour permettre un développement économique durable de l’ensemble des acteurs économiques de la filière fruits et légumes. 24,4 % des salariés des établissements membres du pôle travaillent dans le secteur « Autre transformation et conservation de légumes».
www.pole-terralia.com


Pôle "Mer Méditerranée" (anciennement pôle Mer PACA) :
Spécialité : développer durablement l'économie maritime et littorale
Pôle interrégional (à vocation mondiale) : PACA, Ile de France, Languedoc-Roussillon
Domaine : Énergie -Tic -Transports
Labellisé en juillet 2005, le pôle de compétitivité à vocation mondiale devenu le 27 juin 2013 "Pôle Mer Méditerranée" a pour ambition de développer durablement l'économie maritime et littorale, sur le bassin méditerranéen, en Europe et dans le reste du monde. En PACA, Languedoc-Roussillon et Corse, le pôle fédère, autour de thématiques maritimes et littorales, les acteurs scientifiques et économiques.Le pôle Mer Méditerranée représente un réseau de plus de 350 membres, 200 projets labellisés et un budget de Recherche et Développement de 546 M€.
www.polemermediterranee.com

Pôle de Compétitivité LR "Optitec" :
Spécialité : photonique et optique
Pôle interrégional : PACA et Languedoc-Roussillon
Le pôle de compétitivité OPTITEC fédère les acteurs de la photonique et de l’imagerie dans les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Languedoc-Roussillon, il regroupe des PME très innovantes, des grands groupes intégrateurs et des partenaires académiques de premier plan. Le Sud de la France est l’une des régions européennes la plus riche dans ce domaine et offre un éventail de compétences : depuis le microcomposant optique au traitement d’images, de la source de lumière au détecteur, de la transmission de données par fibres optiques aux lasers, de la lunetterie à l’instrumentation optique complexe, des télécommunications au spatial ou au médical.
www.pole-optitec.com



footer um footer upvm3 footer unimes footer UPVD footer supagrofooter enscm footer IRD footer CNRS
Back to top